Comment éviter un enlèvement criminel ?

 

Stranger child abduction and guardianship: Accompaniment and surveillance in attempted and completed cases, Crime Prevention & Community Safety, 2016
"Results show only direct oversight provided by an adult who sees themselves as personally responsible for a child to be a very effective means of abduction prevention, both dissuading and disrupting offences."

Conseils publiés par l'organisation Child Focus, Fondation pour Enfants Disparus et Sexuellement Exploités, sur son site internet, sous la rubrique homonyme : Comment éviter un enlèvement criminel ?

Jeu pour sensibiliser les enfants aux règles de base
Pourquoi votre enfant peut-il suivre facilement un inconnu ?, francetvinfo, 18.07.15

Comment apprendre la prudence à un enfant sans lui faire peur, Huff Post, 01.12.15

Police, child protection agency urge tips on missing children's cases, Inside Toronto, 05.06.15

Le maître mot pour la sécurité de votre bambin reste la COMMUNICATION.
Voici quelques conseils qu'il a sans doute déjà entendus mais qu'il est bon de lui rappeler :

En général

• Je connais mon nom complet, celui de mes parents, mon adresse et mon numéro de téléphone mais je ne les donne pas à n'importe qui !

• Je sais où mes parents travaillent et je sais comment les joindre, via le GSM par exemple.

• Je connais d'autres adultes de confiance que je peux appeler en cas de problème.

• Je téléphone au numéro 117 si je suis ou me sens en danger.

• Je demande toujours la permission à mes parents pour aller quelque part et précise où, quand, comment et avec qui. Je conviens avec eux d'une heure de retour à la maison.

• Je demande toujours la permission à mes parents si je veux passer la soirée ou la nuit chez un copain ou une copine.

• Je préviens toujours mes parents s'il y a un changement de programme dans mes activités.

• Je ne fais jamais d'auto-stop.

Dans un lieu public

• Je ne m'éloigne pas de mes parents ou des adultes qui m'accompagnent.

• Je porte un vêtement de couleur vive pour être bien visible.

• Si je me suis perdu, je reste dans le lieu public et m'adresse à la sécurité, un agent de police, l'accueil ou une mère qui est avec ses enfants.

• Je refuse d'accompagner ou de monter dans la voiture d'un inconnu.

• Si un adulte est perdu et me demande de l'aider à retrouver son chemin ou son chat, il n'est pas impoli de refuser : un autre adulte le renseignera.


A la maison

• Je n'ouvre pas la porte quand je suis seul(e) et que je n'attends personne.

• Je demande toujours la permission à mes parents si je veux sortir.

Internet

• Si je veux rencontrer quelqu'un dont j'ai fait la connaissance sur Internet, j'en parle d'abord à mes parents. Je fixe toujours un rendez-vous dans un lieu public et je m'y rends accompagné d'un adulte en qui j'ai confiance.

Sur le chemin de l'école

• Je vais à l'école en compagnie d'amis et je repère avec eux des endroits sûrs où je peux me réfugier au cas où je serais suivi(e) ou si j'ai besoin d'aide.

Gadgets électroniques

La Fondation Sarah Oberson n'est pas favorable, tout comme Child Focus, aux gadgets électroniques tels ces GSM ou bracelets munis d'un GPS pour localiser au mètre près votre enfant. Ces gadgets entretiennent une angoisse injustifiée par rapport aux enlèvements couplés à des abus sexuels. Ce type d'enlèvement est en effet extrêmement rare ! Les gadgets électroniques donnent également un faux sentiment de sécurité car la technologie n'est jamais infaillible (panne, non fonctionnement dans certaines conditions, mise hors service de l'appareil,...). En outre, ils entravent l'épanouissement psychologique de votre enfant qui a besoin d'une certaine autonomie et de percevoir votre confiance pour se responsabiliser et à avoir confiance dans la société.

Lisez aussi : Enlèvement, viol : comment en parler à ses enfants ?, TF1, 19.12.11

newsletter

inscription
désinscription